FOCUS 02/2011 Quand le tiers-monde devient le 2e monde…

FOCUS #2011

Quand le tiers-monde devient le 2e monde…

L’Europe de l’est d’abord, puis déjà l’Amérique latine, aujourd’hui la Tunisie et l’Égypte et peutêtre qui sait bientôt tout le monde Arabe et toute l’Afrique. Finis les dictatures, le temps des omnis-présidents semble avoir vécu (même si ya encore du boulot…).

2011, La dernière crise financière à fait des dégâts en occident en cette nouvelle décennie qui commence. Pourtant dans certains pays l’économie tourne bien finalement. Le moteur Asiatique s’est largement éveillée et maintenant le Brésil fait des étincelles. Le nouveau Tiers-monde n’a plus rien à voir avec le Tiers-monde du XXe siècle colonisé ou endetté (ce qui revient au même). Beaucoup plus dynamique, plus jeune, que la vieille Europe et même que les États-Unis, enlisés dans leur propre crise.

Mais il a toujours faim ce tiers-monde même s’il est aujourd’hui le 2e Monde. Il reste la principale victime des affaires du mondes. Guerres économiques ou guerres réelles. Quand on avance la faim au ventre on avance souvent plus vite et on est toujours plus déterminé. Alors le 2e monde qui s’émancipe lentement mais surement, peutêtre demandera-t-il bientôt des comptes aux puissants d’hier.

Malgré une ultime (espérons-le) tentative de maintient de leur autorité par la force, qui se solde par des enlisements en Afghanistan comme en Irak, sous l’ère Bush, les États-Unis depuis Obama Optent pour une diplomatie radicalement différente sous beaucoup d’aspects, même si la machine de guerre est difficile à ranger. C’est tout de même un noir d’Amérique qui pilote l’Amérique et même si ce n’est qu’un symbole il est un incroyable pied de nez à l’histoire du pays. Et finalement c’est un peu d’Afrique sur le visage de l’Amérique de ces années 10.

A l’heure ou les peuples du monde s’émancipent des dictateurs et des colons, dans la vieille Europe (et Israël avec) le peuple s’enlise dans des réflexes identitaires poussé par des pouvoirs de droite populiste ou ultra-libéraux.

On y trouve aussi des Omni-présidents plus « soft » que leurs versions tiers-mondistes mais avec une emprise comparable sur tous les rouages de leur pays (médias, économie, industrie, administration, armée…). On songe naturellement aux plus bruyants: Sarkozy en France ou Berlusconi en Italie, mais il y a pas mal d’autres petits roitelets en Europe, n’hésitant pas à faire alliance avec des partis politiques ouvertement fascistes ou racistes. A coup de matraquage médiatique on façonne l’opinion stimulant des réflexes de replis sur sois-même, sur sa communauté, sa nation. la peur de l’autre… Bref ce contre quoi l’Europe contemporaine s’était justement construite. Doublé d’une compétition en constante accélération, qui sert de ligne directrice de projet de société.

Alors qu’à l’autre bout du monde des pays s’émancipent et réclament cette corne d’abondance que leur a fait miroiter l’occident pendant plus d’un siècle, le modèle justement s’essouffle et prends conscience dans le confort qui est le sien des désastres écologiques qu’il a déjà commis et regarde avec crainte celui qui se prépare si le 2e monde se mettait à vivre de la même façon: avec une automobile, un four micro-onde et un lave-vaisselle par habitant…

Mais tout ceci n’est que pure utopie car finalement ce sera tout simplement impossible il n’y a pas assez d’acier ni d’essence ni d’Uranium sur Terre pour ça.

Séb Mas 11/02/2011

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s